C’est marrant, dans la vie de tous les jours, je pense rarement à mes stabilisateurs d’omoplates… Vous savez, ces muscles au milieu du dos qui nous donnent (quand on les travaille) de faux airs de danseuse, de princesse au port altier, de snob même ; -)                          Bref, des stabilisateurs qui nous aident à nous tenir bien droite !

Et bien, aujourd’hui, je crois qu’ils ont pris un malin plaisir à me rappeler leur existence.

Hier, j’ai suivi le cours de Maude Signaroldi, danseuse et professeur de Pilates. Aujourd’hui, je suis suffisamment masochiste pour avoir envie de recommencer !

Mais avant de passer à l’action, petite mise au point…

 

AGR : Qu’est-ce que tu dirais à ceux qui pensent que le Pilates, c’est une gymnastique de vieille ?

MS : De venir essayer l’un de mes cours et on en reparle après car je peux te dire que le visuel ne correspond pas du tout au ressenti ; -)

Pourtant quand on regarde, ça n’a pas l’air si terrible… Certains mouvements sont si subtils qu’on a l’impression que ça ne sert à rien !

Mais ce n’est pas parce que c’est une méthode douce qu’on n’éprouve rien. Le Pilates implique une concentration extrême et vise avant tout, à renforcer les chaines profondes du corps. Si on ne ressent rien, c’est que l’on fait mal ! Il ne s’agit pas de reproduire un mouvement comme on le voit mais comme il faut le ressentir, c’est différent.

D’où ça vient le Pilates ?

Historiquement, de Joseph Pilates…

Rien à voir avec Ponce Pilate donc ; -)

Ha Ha ! Non, c’est un peu plus récent ! Pendant la Première guerre mondiale, alors qu’il est incarcéré sur l’ïle de Man, Joseph Pilates décide de rééduquer ses camarades. Il fabriquera même plus tard, des ressorts attachés aux lits d’hôpitaux pour étirer et renforcer les muscles.

Le prototype des machines de Pilates d’aujourd’hui, en somme ?

 Absolument ! C’est l’origine du Reformer Cadillac.

L’inconvénient d’une séance sur machine justement, c’est le prix ! Les cours au sol sont moins élitistes… D’ailleurs, concrètement, comment se déroule une séance ?

Sur un tapis avec ou sans matériel (isothoner, élastibands, foam roller, ballons…).

Le petit matériel a pour fonction de renforcer les effets d’un mouvement et de créer un déséquilibre, ce qui incite les muscles stabilisateurs à être sollicités. Ces cours sont plus faciles d’accès et permettent aux débutants de bien se familiariser avec la discipline.

 

 

Quels sont les repères à garder en tête lors d’une séance ?

La méthode repose sur 8 principes fondamentaux (et si tu respectes chacun d’entre-eux alors tu t’apercevras que ça ne peut pas être une gymnastique de vieille ; -)

La concentration : Notamment sur les muscles qui provoquent le mouvement (l’élève, enfermé dans sa bulle, doit faire abstraction de ce qui se passe autour pour augmenter l’efficacité de l’exercice).

Le centrage : Un travail périnéal et abdominal permettant de creuser le ventre du bas vers le haut et de mettre en action le transverse. Le centrage renforce les muscles de l’abdomen et du centre du dos.

La respiration : Elle doit être thoracique afin de maintenir la ceinture abdominale contractée durant toute la durée du cours.

L’isolation : Savoir se concentrer sur une partie du corps à stabiliser pour en faire travailler une autre en même temps.

La précision : Les mouvements doivent être extrêmement précis afin de ressentir tous les bénéfices des exercices.

La fluidité : Le mouvement se cale sur le rythme respiratoire.

Et enfin la maîtrise et la fréquence du mouvement. Pas de secret, plus on pratique, mieux on maîtrise car au début, tout cela peut paraître un peu abstrait… Il faut donc persévérer sans brûler les étapes.

Combien faut-il de cours pour commencer à se sentir à l’aise ?

Une dizaine pour commencer à intégrer le système respiratoire car respirer par les côtes sans gonfler le ventre, ça n’est pas forcément naturel au premier abord… Il faut s’imaginer gainée dans un corset ! Ensuite, il faut ajouter les exercices à combiner… ça demande donc de la persévérance et de la patience !

Et ben… faut pas se laisser décourager après tout ça ; -) La bonne nouvelle c’est que chaque exercice nécessite peu de répétitions !!!

Oui ! On se console comme on peut ; -) C’est un travail tellement complet et intense qu’on n’a pas besoin de faire 50 séries pour faire travailler correctement les muscles. 10 répétitions suffisent. On fait peu mais on fait bien !

Qu’est-ce qui t’as séduit toi, dans cette méthode ?

Je suis danseuse Jazz de formation et le Pilates est très présent dans notre art. En danse, on parle beaucoup d’alignement du corps, de respiration thoracique car notre centre doit toujours être tenu lorsque nous dansons.

J’ai voulu proposer à mes danseuses des cours de Pilates pour compléter leur activité. J’ai d’ailleurs pu constater que les élèves qui prenaient des cours de Pilates avaient une meilleure connaissance de leur placement, une meilleure tonicité et un meilleur équilibre en dansant.

En tant que danseuse, ton corps a forcément souffert, est-ce que le Pilates t’aide au quotidien à soulager tes maux ?

Oui, le corps a souffert. D’autant que je suis hyperlaxe. Et quand j’étais enfant, j’ai eu des professeurs qui s’amusaient à me faire faire des arabesques avec la jambe collée derrière la tête…

Aïe ! C’est possible ça ?!!

Ho, que oui ! C’était très joli en spectacle mais à la longue, mon dos s’est tassé et à 18 ans, ça s’est transformé en hernie discale avec l’obligation de tout arrêter pendant 1 an. J’avais perdu toute sensibilité au niveau des jambes.

J’ai donc fait beaucoup de rééducation mais il me reste des séquelles que j’arrive néanmoins à soulager grâce au Pilates, en allongeant ma colonne.

Il y a d’ailleurs beaucoup de kinésithérapeutes ou d’ostéopathes qui recommandent cette méthode

Oui car c’est l’une des pratiques les plus sûres et les plus efficaces.

Les personnes sujettes aux lumbagos par exemple, se tournent vers le Pilates sur les conseils de leur médecin afin d’apprendre à fortifier les releveurs de la colonne vertébrale et les abdominaux.

Et puis, d’une manière générale, cela permet aussi de mieux connaître son corps et ainsi de mieux se tenir.

C’est toujours intéressant de savoir comment on est fichu pour savoir comment il faut travailler…

 

 

Les mauvaises habitudes et les déséquilibres du corps sont à l’origine des blessures. Le Pilates corrige, rééquilibre et renforce le corps, ce qui permet de soulager notamment les problèmes de dos.

Tiens, toi par exemple qui es très cambrée, si tu as mal au dos au cours d’un exercice, je vais te demander d’imprégner les lombaires au sol pour protéger ton dos. Un bon prof doit toujours s’adapter à son élève.

Justement, aujourd’hui, le Pilates a beaucoup de succès, c’est une discipline qui est proposée partout. Malheureusement les cours ne sont pas toujours de bonne qualité. Quels conseils donnerais-tu à ceux qui souhaitent s’y mettre ?

C’est malheureux mais certains pensent même suivre un cours de Pilates alors qu’ils assistent sans le savoir à un cours de stretching ou de renforcement musculaire (au risque de se faire mal car les profs ne corrigent pas toujours) !

Il faut se renseigner sur la formation du coach, ne pas hésiter à demander son diplôme. On ne s’improvise pas professeur de Pilates du jour au lendemain. Et puis si vous vous faites mal lors d’un cours ou que vous ne ressentez rien, changez de prof !

Quelles sont les principales motivations de tes élèves ?

Nous sommes dans une société où tout va vite. Les gens sont de plus en plus stressés, ils recherchent donc des activités pour se détendre et se vider la tête. Pendant l’heure de Pilates, les élèves ne se concentrent que sur eux-mêmes, pas sur le reste !

De plus, beaucoup de personnes ont perdu la mobilité de leur colonne et ont une ceinture abdominale faible. Tous les exercices aident à retrouver une tonicité des muscles profonds.

 

 

On apprend aussi beaucoup sur la mécanique du corps dans tes cours… Tu n’indiques pas bêtement un mouvement à reproduire, tu le décortiques…

Nommer les muscles qui travaillent et avoir un minimum de connaissances en anatomie permet de prendre conscience de ce qu’on fait, ce qui aide à porter l’attention sur telle ou telle partie du corps. Sinon, le mouvement est vide… Alors que moi, je veux un mouvement habité !

Est-ce qu’on peut faire un parallèle avec le Yoga ou est-ce que ça n’a absolument rien à voir ?

Oui, on peut ! Ce sont même deux disciplines assez proches. Le Pilates, c’est en fait, un mélange de stretch, de renforcement musculaire et de Yoga. Même si ce ne sont pas les mêmes exercices, ce sont deux méthodes reconnues pour leurs bienfaits sur le corps et l’esprit.

Le réalignement du corps engendre logiquement un rééquilibrage général. Du coup, après une séance, on est plus détendu, l’énergie est renouvelée, on a une sensation de bien-être global (la respiration y est d’ailleurs pour beaucoup).

Mais assez parlé, on s’y met ?

 

 

Pour des séances de coaching personnalisées, vous pouvez contacter Maude par mail, à l’adresse suivante : fit.maude@gmail.com

Mais attention, son planning est très chargé ; -)

Et pour approfondir…

 

 

 

« Prenez soin de votre corps
afin que votre âme
ait envie d’y rester »

 

 

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.