Tout récemment, j’ai été touchée par Imène, 14 ans, qui m’a envoyé plusieurs messages concernant l’alimentation en général et les régimes en particulier.

 

Je ne peux évidemment pas y rester insensible car quand on est ado, l’apparence est importante et on est encore plus réceptif au regard des autres.

 

De même, il y a quelques jours, en entrant dans une église avec ma mère pour y contempler des vitraux, notre regard s’est porté sur un livre de prières posé sur une petite table en bois à l’entrée de l’église. Malgré nous, nous avons lu ce message :

 

« Mon Dieu, faites que je maigrisse ».

 

Touchant, n’est-ce pas ?

 

Tout cela m’a donc donné l’envie d’écrire aujourd’hui, un article pour Imène (que je salue), pour cette femme, visiblement désemparée, mais aussi pour toutes celles (et ceux) qui se retrouvent en elles (et eux).

 

1/ Maigrir : Un état d’esprit

 

Devenu banal, le régime est tout sauf anodin. Lorsque l’on contrôle sans cesse son alimentation, on affecte forcément son bien-être psychologique.

 

Impatience, obsession, frustration… Lorsque l’on se met au régime, on veut des résultats tout de suite, on ne parle que de ça et on a l’impression de devoir se priver de tout, tout le temps.
Si vous vous reconnaissez dans ce schéma, c’est que vous n’êtes pas sur la bonne voie.

 

Généralement, vous noterez qu’après un régime, on retrouve très souvent sa vie d’avant : On finit par reproduire les mêmes erreurs, on reprend du poids et on se remet au régime ! Voilà voilà… retour à la case départ quoi.

 

Non, manger sainement n’est pas synonyme de frustration. Oui, vous pouvez perdre du poids rapidement sans que cela devienne obsessionnel et oui, vous pouvez maigrir sans danger pour votre santé et durablement. La clé ?

 

Changer d’état d’esprit.

 

Ok, cool ! Comment on fait ?!!!

 

Tout d’abord, soignez votre mental : Ressourcez-vous et broyez du rose ! La complaisance n’a jamais fait avancer personne. Apprenez à contrôler vos émotions : Le stress, l’anxiété… poussent à manger de manière compulsive.

 

Ensuite, observez-vous : Si vous prenez du poids, c’est qu’il y a un problème. Lequel ?

 

Le grignotage est plus souvent dû à un appel psychologique qu’à un besoin alimentaire.

 

Placez-vous en position de témoin et posez-vous les bonnes questions :

 

Est-ce pour combler un manque affectif ? (Faites-vous aider par un spécialiste), par ennui ? (Trouvez un hobby), par faim ? (Réglez mieux vos repas). Bref, identifiez la cause du problème pour trouver des solutions. Il y en a toujours. Et si vous n’y arrivez pas seul(e), faites-vous aider (hypnothérapie, naturopathie, homéopathie…)

 

Courage ! Maigrir va devenir le symptôme N°1 de votre nouvelle philosophie de vie (ça va, y’a pire ; -)

 

2/ Changer ses habitudes alimentaires

 

Augmentez votre consommation de fruits et légumes, préparez davantage vos repas sans pour autant passer des heures dans la cuisine, mangez une crudité par repas pour bénéficier d’un apport optimal en vitamines.

 

alimentaire

 

 

Faites votre liste de courses en ayant pris soin de composer vos menus pour la semaine. Oui, je confirme, parfois, on n’est pas inspiré et ça peut prendre un peu de temps… Du temps vite rattrapé au moment d’acheter parce que l’on va directement à l’essentiel.

 

Du coup plus d’économies et moins de gâchis ! D’ailleurs, évitez de faire vos courses à jeun, c’est le meilleur moyen d’acheter tout et n’importe quoi…

 

3/ L’abondance frugale 

 

Sortir de table le ventre aux ¾ plein : La règle ! « Pourquoi je me ressers » ? Par faim ou par gourmandise ? (Désolée mais généralement, c’est la réponse N° 2 qui l’emporte ; -)

 

Composez vos assiettes plutôt que de laisser trôner le plat familial, au centre de la table ! Débarrassez et voyez si la faim persiste après votre vaisselle. Généralement, non.

 

Et puis retenez, qu’aucun aliment n’est vraiment votre ennemi, tout est une question de quantité et d’équilibre.

 

alimentation

 

On est d’accord : Ne pas se gaver ne veut pas dire ne rien manger ; -)

 

4/ Ne pas sauter le goûter

 

Ce n’est pas du grignotage mais un mini-repas à part entière. A condition de ne pas manger n’importe quoi, n’importe comment et dans des quantités démesurées bien sûr : Yaourts, compotes, fruits, oléagineux, chocolat noir… Une collation qui permet de dîner plus light et d’éviter les fringales sucrées d’après repas (vous savez le fameux syndrome assassin de la boîte de gâteaux qui se vide toute seule en regardant la télé ; -)

 

alimentation

 

 

alimentation

 

 

5/ Augmenter sa consommation d’eau

 

Il faut boire et ce, tout au long de la journée ! De l’eau et/ou tisanes, rooibos, bouillon, eau citronnée…

 

Le corps, suivant la morphologie de chacun est composé de 60 à 70 % d’eau. Avec l’oxygène, elle est l’élément le plus important pour la vie.

 

Boire permet d’éliminer les toxines du corps mais aussi de retarder le sentiment de faim, elle augmente notre concentration et améliore nos capacités physiques.

 

On nous répète toujours qu’il faut consommer 1,5 l d’eau par jour… Sachez que c’est une moyenne car cela varie suivant les individus : Suivez-vous un traitement médical ? Consommez-vous beaucoup de fruits et légumes, faites-vous du sport ? A vous d’adapter votre consommation d’eau en fonction de votre profil.

 

alimentation

 

En tout cas, n’attendez pas d’avoir soif pour vous décider à boire et réduisez légèrement votre consommation d’eau au cours des repas.

 

6/ Système digestif : repos !

 

Jeûner pendant au moins 12h consécutives sur les 24h de la journée ! Amincissement et tonus garantis ! Pour cela, il suffit de dîner tôt, par exemple à 19h et de ne pas prendre son petit « dé-jeûner » (!) avant au moins 7h le lendemain…

 

Lorsque l’organisme accumule les toxines, nos organes filtres (reins, foie, intestins, poumons et peau) saturent. Jeûner une douzaine d’heures favorise l’élimination de ces toxines. Ce qui permet d’alléger la digestion et de réguler son poids !

 

7/ Mono-diète : Ligne et énergie renouvelée

 

Je ne revendique évidemment pas le Jeûne auprès des ados : Vous êtes en pleine croissance les djeuns, vous avez donc besoin de toute votre énergie (compris Imène ? ; -)

 

Néanmoins et pour des adultes avertis et pleins de bon sens (!) un nettoyage de la cave au grenier de temps à autre, est une excellente option pour mettre son système digestif au repos ! Pour cela, je vous invite à lire l’article :

 

« Les bonnes associations alimentaires / monodiète »

 

L’industrie pharmaceutique a bien failli venir à bout de cette pratique pourtant ancestrale, en la considérant comme irresponsable et dangereuse (rappelons toutefois que pour l’industrie, une maladie = un médicament, ce n’est donc pas dans son intérêt de faire trop de prévention si vous voyez ce que je veux dire ; -)

 

Comme pour tout, lorsqu’une diète est réalisée intelligemment, il n’y a pas de risque pour la santé.  Au contraire ! Quand on sait que « l’encrassement organique est la source de tous nos problèmes », on devrait y réfléchir à 2 fois.

 

 

Je précise enfin que le Jeûne et la mono-diète sont 2 méthodes différentes puisque la 2ème, contrairement à la 1ère maintient une activité digestive.

 

 

Commencez donc en douceur avec une mono-diète une fois par semaine par exemple, les bienfaits sont incontestables. La médecine traditionnelle commence même à en reconnaître les vertus. N’en abusez pas et n’hésitez pas à vous faire aider par un spécialiste pour éviter de faire n’importe quoi.

 

8/ Mincir avec les huiles essentielles

 

 

Au-delà de ses vertus thérapeutiques, les huiles essentielles peuvent vous aider à mincir en agissant sur la rétention d’eau, sur le stockage des graisses ou directement sur la sensation de satiété. Un moyen naturel et efficace pour compléter une alimentation saine et variée (l’HE seule ne suffira pas ; -)

 

 

alimentation

 

 

  • L’HE de mandarine contre la peau d’orange ! Elle coupe la faim et absorbe les graisses (1 goutte de mandarine sur un comprimé neutre 3 fois par jour, 30 minutes avant les repas).
  • L’HE d’estragon facilite la digestion (1 goutte après le repas sur un comprimé neutre à laisser fondre sur la langue)
  • L’HE de Pamplemousse diminue les fringales (à respirer à chaque fois que l’envie de grignoter se fait ressentir)
  • L’HE de Genévrier draine et agit contre la rétention d’eau (associée à une huile végétale en application locale)
  • L’HE de Garnicia ou de Géranium Rosat (alimentaire) limite les envies de sucre (1 goutte sur un comprimé neutre pour calmer les fringales).

 

Vous trouverez facilement huiles essentielles et comprimés neutres en pharmacie.

 

Est-il utile de préciser qu’on choisit une ou deux huiles essentielles suivant son envie et ses besoins… On ne les associe pas toutes !

 

9/ Le sport : pour brûler des calories

 

Attention, roulements de tambour : Je ne vais rien vous apprendre ! Plus vous bougez, plus vous brûlez de calories ! Vous ne pouvez pas faire l’impasse sur ce point.

 

La sédentarité ne cesse de progresser. Nombreux sont ceux qui ne pratiquent aucune activité physique.

 

Si le temps ou l’envie vous manque, procédez autrement en bannissant l’ascenseur par exemple ou en descendant 1 station de métro ou de bus plus tôt, pour finir le trajet à pied. Prenez votre vélo plutôt que votre voiture pour aller chercher le pain… Si vous n’êtes pas sportive, choisissez une option douce, sans forcer, pour ne pas vous dégoûter de recommencer. Cherchez une activité qui vous plaît et qui vous ressemble.

 

Enfin, répartissez vos séances : mieux vaut faire 30 min de sport, 3 fois/semaine qu’1h30 d’un coup et plus rien jusqu’à la semaine suivante (libre à vous d’en faire plus ; -)

 

Evitez de rester plus de 3 jours sans faire de sport ; soyez réguliers, c’est LA CLE. Vous verrez que vous ne pourrez rapidement plus vous en passer. Le plus difficile finalement, c’est de s’y mettre…

 

10/ Le sommeil : Un allié minceur

 

Vous vous demandez sans doute quel peut bien être le rapport entre la prise de poids et le manque de sommeil ? C’est simple : moins on dort, plus on est stressé et plus on se réfugie dans la nourriture et le grignotage pour compenser !

De plus, il paraît que le manque de sommeil crée un déséquilibre hormonal entrainant une baisse du taux de leptine. Le taux de Lep…quoi ? de LEPTINE : l’hormone de satiété.

Oui, je sais, ça craint.

 

alimentation

Allez hop ! Au lit !

 

Et en cas d’échec

 

Evitez de trop vous priver, ne fonctionnez pas par interdits sinon vous finirez par craquer en vous lâchant sur tout et sur n’importe quoi, pourvu que ce soit calorique. Il ne s’agit pas de mener une vie d’ascète, faites attention à ce que vous mangez la semaine et faites-vous un peu plaisir le week-end.

 

Bon, si on se lâche « grave » une fois, on ne se formalise pas en se persuadant que tout est perdu. Et si on se lâche « grave » 2 fois, ne vous flagellez pas (vous méritez mieux) reprenez-vous dès le lendemain.

 

Oui, c’est parfois dur, oui ça prend du temps de changer ses habitudes mais Rome ne s’est pas faite en 1 jour. Soyez patient et restez positif, ça va marcher ; -)

 

 

 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.